Sunday, July 4, 2010

Exit Wounds, by Rutu Modan

Rutu Modan is an Israeli graphic novelist whose book Exit Wounds (2007) was well received by fans of the genre and critics, quickly appearing on the “best of graphic fiction” list in the New York Magazine as well as Time. A year later, the book received the Eisner Award for the best graphic album. This award, the Oscar of the comic book, is named after Will Eisner, who coined the expression “graphic novel” in 1978 after publishing A Contract With God. By now, Modan’s Exit Wounds has been translated into ten languages.[1]

Exit Wounds is a tale of mystery and love set between Tel Aviv and Hadera in Israel. Koby Franco, a shy and disillusioned taxi driver, has been estranged from his father for two years. The story opens when Koby receives a phone call from Numi, a soldier that informs that his father is a casualty of a bombing. The young woman, who had recently been his lover, believes that he is the unidentified victim because she has not heard from the man in several days and she gets a glimpse of a keepsake in the news reports. With great reluctance, Koby agrees to follow Numi on the search to find clues that may help locate his father. In the search to discover the truth, in a region beset by the war, Modan captures how people cope with trauma and how simple human affection develops.

Exit Wounds is an elegant but unsentimental display of line drawings and simple, yet insightful dialogues. Modan uses the ligne claire style, of straight even lines without the use of hatching to create shading, which was popularized by Hergé in Les Aventures de Tintin. The backgrounds are very realistic, even though they are often drawn in monochromatic colors. The watercolors utilized in the book are beautiful, luscious. Overall, it is possible to assert that the author paid great attention to the every detail of image and dialogue.

Besides being about love and romance, Exit Wounds is also about death. They mystery of the unidentified body, that unites Koby and Numi, was inspired by the documentary No 17, in which the director David Ofek attempts to identify the only unidentified victim of a bombing of a bus on the outskirts of Tel Aviv. In the afterword to Exit Wounds, Modan relates the impact the film had on her, noting that “We would like to think that if we disappear at least someone would notice. But sudden, brutal deaths are actually around all of us, anywhere, anytime, not just in Israel. Ever death feels sudden and brutal, even those called natural.”[2] For Modan, death is a central part of life, and Exit Wounds shows death – even the most cruel – as also being something that reunites people.

The search to establish the body’s identity takes the reader back and forth between Hadera and Tel Aviv. Interestingly, the political situation in Israel is only mentioned through various allusions: bombings, overcrowding of the morgue and the loss of children in the war. Even though conflict is tangible in the background, it is only represented in an indirect manner. To explain this important blank space she says:
When the reality around you is so complicated or too frightening, people tend to detach themselves from it. We cannot live our lives fearing what is going to happen next, we have to protect ourselves. I know it seems strange that Palestinians are not mentioned in the story. Israelis prefer not to think about the context of terror. […] It is too complicated to think of the context (and it depends on who you ask), and depressing, too.”[3]
Even though I immensely enjoyed reading Exit Wounds, I did feel uncomfortable at the complete absence of the life of Palestinians. Why was Modan completely incapable of naming the political problem – the Israeli occupation – and only capable of alluding to it? We must ask the question: is not this amnesia part of the problem?

Israelis may prefer “not to think about the context of terror” but this does not justify not doing so. However, some Israelis object to the occupation on moral grounds, and have called for the creation of an independent Palestinian state based on the pre-1967 borders. In 1993, it seemed that the occupation would finally end with the signing of the Oslo Agreement in Washington and that the withdrawal from the occupied territories would lead to the creation of a Palestinian State. Unfortunately, as we know, the Oslo Agreement did not lead to the desired results. In fact, it only permitted Israel to maintain occupation in a more “sophisticated form”. The result is an increasingly militarized and belligerent state – as the raid on the international aid flotilla on its way to Gaza has certainly proven. As Yeshayahu Leibovitz, an Israeli philosopher, warned in 1968: “A state governing a hostile population of 1.5 to 2 million foreigners is bound to become a Shin Bet (Security Service) state, with all that this implies for the spirit of education, freedom of speech and thought and democracy. Israel will be infected with corruption, characteristic of any colonial regime”. [4] That’s a context worth thinking about.

Drawn & Quarterly
Rutu Modan - Mixed Emotions - New York Times - Blog

[1] Kobi Ben-Simhon, Books, Hors-série, no. 2, avril-mai 2010, p.49.
[2] Rutu Modan. Exit Wounds. Montreal, Drawn & Quarterly, 2008, p. 180-181.
[3] Ibid.
[4] See Tanya Reinhart. Israel/Palestine. How to End the War of 1948. New York, Seven Stories Press, 2005 (Second Edition).

Sunday, June 27, 2010

Cadavre exquis par Pénélope Bagieu

Le cadavre exquis est un jeu inventé en 1925 par les surréalistes Marcel Duhamel, Jacques Prévert et Yves Tanguy qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu'aucune d'elles puisse tenir compte des collaborations précédentes. La première phrase écrite en jouant ce jeu fut : « Le cadavre - exquis - boira - le vin – nouveau ».[1] L’expression désigne aussi une chanson de Serge Gainsbourg, un film italien de 1976 ainsi que québécois de 2006 et plus récemment un roman graphique de Pénélope Bagieu.

Publié dans la collection Bayou dirigée par Joann Sfar chez Gallimard, Cadavre exquis est le premier long récit de Pénélope Bagieu. Dans son roman graphique, l'auteure nous présente Zoé, une jeune femme malheureuse. Elle n’aime pas son « sacré boulot de con » d’hôtesse d’accueil dans les salons de l’automobile ou de l’agriculture; et encore moins son abruti de copain qui ne pourrait être plus opposé à son rêve d’un homme « genre qui m’écrive des poèmes ». Quoiqu’elle constate ne pas vouloir être hôtesse à vie, Zoé manque d’ambition. Quand elle rencontre Thomas Rocher, un écrivain à succès, qui est en manque d’inspiration, la vie lui fait finalement sourire. Une relation amoureuse se développe rapidement entre les deux : Zoé se sent finalement bien et aimée et Thomas retrouve enfin son inspiration. Par contre, deux questions se posent : Pourquoi Thomas refuse-t-il de sortir de son appartement parisien, malgré les demandes de Zoé? Que présage le retour d’Agathe : l’ex-conjointe et l’éditrice de l’écrivain?

Au départ, il est simple de croire que Bagieu nous fait observer un portrait très stéréotypé de la femme dans la mi-vingtaine. Zoé est désinvolte, irascible, jalouse et démontre un certain manque de curiosité intellectuelle. Par contre, la résilience du personnage et sa capacité de manifester son opinion contrastent la première impression que se fait le lecteur. En plus, le personnage d’Agathe représente un autre type de femme : une éditrice accomplie et une femme de carrière. Il est impossible d’ignorer que ces deux métiers sont encore de nos jours dominés par la gent masculine. Finalement, la conclusion offre au lecteur une vision tout à fait alternative et féministe de l’histoire d’amour type!

Connue pour son blog et pour ces historiettes, l’auteure nous offre une histoire d’amour détaillé et tout à fait inattendue! L’histoire n’est à la fois ni trop sucrée, ni trop amère. Les personnages de Bagieu sont tout à fait convaincants. Le scénario fait chavirer le lecteur à droite et à gauche. En plus, l’album a la valeur d’offrir une gamme de couleurs très intéressante : pistache, menthe, aubergine, indigo, cerise, capucine et indigo (qui ne sont pas démontrées à juste valeur dans les images affichées). C’est un vrai plaisir pour les yeux. Somme tout, Cadavre exquis est bien construit, bien écrit et merveilleusement illustré : il vaut le détour! Maintenant, à vous de découvrir à quoi rime l'analogie du cadavre exquis...

Gallimard: bande dessinée
Ma vie est tout à fait fascinante: Pénélope Bagieu

[1] (Hé oui! J'ai cité Wikipedia)

Friday, June 18, 2010

We Are On Our Own, by Mariam Katin

There are fears regarding the disappearance of historical memory of the Holocaust both because of the belief that it would pass into oblivion with the death of its survivors, but also because of the revisionism of Holocaust denial, more recently expressed by the President of Iran, who in 2005 called it a “myth”. There is also an alarming moral desensitization partly due to the visual memorialization of the events through the endless repetition of archive images, as well as their decontextualization, which could also pose problems for Holocaust remembrance. Yet the Holocaust being both personal (family) history and global (global/national) history therefore requires the recording of testimonies of Holocaust survivors.[1] They are a necessity for the writing of collective and individual histories, as well as the memorialization of the Holocaust. In an interview, Katin remarked on her own experience with the memory of the Holocaust: "Well, you know, the Holocaust was such a rarely talked-about subject. My family, the schools, no one talked about it, even in Israel. And at the same time it was very personal for me. The loss, the pain. Every production connected to the war, even if I would not read it or watch it, was expected to be very tragic and dark".[2]

We Are On Our Own is a graphic novel and a memoir by Miriam Katin describing the survival of a Jewish mother and her child during WWII. Like Spiegelman’s Maus, her memoir is part of a larger project of memorialization of the Holocaust. Published in 2006, We Are On Our Own was the first graphic novel written by the 63 year old author. The mention of the authors age is not anecdotal as it implies that she was three years old during the Second World War. It was as a young child that she experienced clandestinity during a voyage full of violence, death, betrayals.[3]

In her graphic novel, the author Katin retells the story of her escape from Budapest on foot after the invasion of the city by the Nazi army. After faking their own deaths, Katin and her mother – whose pseudonym in the book is Esther Levy – are forced to take drastic measures to survive. Levy assumes the identity of a poor servant with an illegitimate child, burns all of her belongings and flees to the countryside on foot while her husband is away at the front fighting for the Hungarian Army. The pair’s survival requires trusting the generosity of strangers and often fleeing without knowing where to go. Out of fear of being questioned about her papers, Levy even allows herself to be seduced by a German officer. The advice given by a stranger sets the tone for the journey: “Be smart. Be crafty. Find a way to vanish”.

The story also expresses the author’s lifelong struggle with faith following the events in her childhood. While wartime is illustrated in black and white, Katin’s anxieties regarding religion as an adult are illustrated in color. Unfortunately, this theme could have been better developed in the imaging. A postscript helps the reader better understand Katin’s intentions while discussing her struggle with faith. Dealing with the long-term effects of the Holocaust on the author (and her family, again explained in postscript) encourages the reader to reflect on the Holocaust in a historical sense, but also in its long lasting effects – still felt by the survivors and the second generation, like Katin and Spiegelman.

A strong point of the graphic novel is that Katin presents a feminist perspective in telling her family’s tale of survival. Historians have often evaluated the participation of women during the World Wars, in terms of work and involvement in the armed forces. Unfortunately, the everyday lives of people in the war-torn urban centers and the countryside seem to have mostly been left aside. In We Are On Our Own, Katin explores the everyday life of peasantry, along with acts of determination, craftiness and social solidarity. The life Esther Levy during the war demonstrates the extent to which networks of solidarity formed in the countryside, sometimes without every member’s approval. Her life also exhibits the overall strength and courage of a woman during WWII, giving the book a strong feminist undertone. In a way, the book feels very empowering.

We Are On Our Own is a elegantly drawn graphic novel. The novelists’ drawings carry the weight of the subject and the suspense with great talent and poignancy. However, the narrative structure can be clumsy at times. The reader is transported from 1945 to the 1970s without any warning. In addition, Katin often jumps between the perspectives of the mother and the child. Nonetheless, to call the reader into the story is to force an active rather than a passive participation. For instance, the temporal jumps or fragmented narratives typical of postmodern writing do not allow the reader to simply absorb information. Readers must engage with texts in order to understand them. But even subjectively re-experiencing the suffering of the Holocaust at an emotional level can be only a fraction of the reality. [4] 

Telling personal histories through the juxtaposition of pictures and text conveys a message that would otherwise be difficult to put into words. On the subject of her own art, Katin has said: "In pictures and few words I am trying to find the line connecting events, people, causes and results". By encouraging the active participation of a reader in the act of memorialization, Katin contributes to the history of the Holocaust from a Jewish woman’s perspective.

Drawn & Quarterly, Publishers
Stories in Pictures and Words, Miriam Katin

[2] Lisa A. Costello, History and Memory in a Dialogic of "Performative Memorialization" in Art Spiegelman's "Maus: A Survivor's Tale", "The Journal of the Midwest Modern Language Association", Vol. 39, No. 2. p. 22.
[3] Lisa A. Costello, History and Memory in a Dialogic of "Performative Memorialization" in Art Spiegelman's "Maus: A Survivor's Tale", "The Journal of the Midwest Modern Language Association", Vol. 39, No. 2. p. 23.

Monday, June 14, 2010

Le combat ordinaire, t. 1 par Manu Larcenet

Le premier tome de la série Le combat ordinaire de Manu Larcenet c’est l’histoire du quotidien de Marco, mais aussi d’une certaine jeunesse du XXIe siècle. Marco, le personnage principal a quitté son emploi parce qu’il n’en pouvait plus de photographier « des cadavres exotiques ou des gens qui sont en passe de le devenir » et il a quitté la psychanalyse qui a porté ses fruits malgré un diagnostique de « comportements profondément obsessionnels accompagnés de névroses diverses, obsessionnelles elles aussi ».

Côté familial, tout va bien entre Marco et son frère qui s’appellent mutuellement Georges, d’après le film Des souris et des hommes dans lequel John Malkovitch disait : « J’aurai un petit lapin et je l’appellerai Georges, et je le garderai contre mon cœur. » Les deux partagent une complicité exemplaire répartie entre gros pétards, pizza et jeux vidéo. Une visite chez leurs parents nous apprend que le père de Marco, ancien combattant en Algérie, est malade et perd la mémoire, tandis que sa mère s’inquiète constamment et adore lui préparer le poulet qu’il aimait quand il était petit.

Dans sa maison de campagne, Marco tente de se remettre sur pieds en retrouvant le calme en compagnie de son chat Adolf. Par contre, une série de rencontres viennent ébranler sa tranquillité : un méchant voisin avec un horrible chien, une jolie vétérinaire nommée Émilie qui deviendra sa petite amie et Gilbert Mesribes un mystérieux vieil homme qui pêche le brochet, mais qui traîne de lourds secrets. Ce roman graphique en dit long sur le passage à l’âge adulte, les relations amoureuses, les chances que la vie nous incite à prendre, notre comportement vis-à-vis autrui, les premières apparences, et – bonus pour l’historienne en moi – un commentaire sur la guerre d’Algérie.

La rencontre de Marco et de Mesribes m’a rappelée que les archives officielles sur la guerre d’Algérie (1954-1962) restent encore de nos jours seulement partiellement disponibles et peu accessibles aux chercheurs. Ce n'est qu'en 2012 que les chercheurs français et algériens auront accès aux archives de toute la période de la guerre de libération nationale, alors qu'aujourd'hui, ils ne peuvent consulter les documents classifiés postérieurs à 1948. [1] À cet effet, l’historien de l’Algérie, Benjamin Stora estime que les hommes politiques français essaient de protéger des personnes impliquées dans les événements, notamment len ce qui concerne les documents « inconsultables » relatifs à l'emploi de la torture. Ouvrir les archives sur la guerre d’Algérie pourraient, « concerner des personnes toujours vivantes, que ce soient des officiers ou encore des hommes politiques ». [2] La fermeture des archives cache sans aucun doute une période lourde de l’histoire française dans l’espoir de protéger la vie « privée » de gens comme Mesribes.

Somme toute, cet album a non seulement la qualité d’être d’une beauté esthétique stupéfiante, il est imbu d’une sentimentalité discrète très émouvante. Il permet au lecteur de confronter ses sentiments, mais aussi de se retrouver un petit peu dans chaque personnage : que ce soit à travers la frustration d’Émilie, les crises d’angoisses de Marco, le passé secret de Gilbert Mesribes ou la jovialité de « Georges ».  Le combat ordinaire de Manu Larcenet (scénario et dessin) et Patrice Larcenet (couleur) a bien mérité le succès qu’il a connu en gagnant le prix du meilleur album, le fauve d’or, au festival international de la bande dessinée à Angoulême  en 2004. 

Éditions Dargaud
Épais et tordu, le site officiel de Manu Larcenet


Sunday, May 30, 2010

Arabico, t. 1 - Liberté par Halim Mahmoudi

L’opinion l’affirme, les statistiques le confirment, l’immigrant français est d’abord Algérien. En effet, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSÉÉ) nous informe qu’en 2006, les Algériens étaient au premier rang en ce qui concerne l’immigration avec un total de 691 361, suivis des Marocains. Au total, le nombre total de migrants maghrébins en France était de 1 551 781 ou 30 %.[1] Il est intéressant de constater le retournement du peuplement colonial, c’est la France qui voit installées sur son territoire, depuis les années 1980 des populations maghrébines d’une importance égale à celle de sa tentative de peuplement pendant l’époque coloniale.[4] C'est d'un jeune homme, issu de cette population immigrée maghrébine que parle Halim Mahmoudi dans le premier volume, Liberté de sa série Arabico.

En France, c’est en partie grâce aux politiques d’immigrations que les Maghrébins sont la plus grande minorité ethnique dans l’Hexagone. Par contre, depuis les années 1980, le renouveau de la xénophobie politique et populaire en France a encouragé la relance et la reconstruction du modèle traditionnel de la citoyenneté.[2] Les élites politiques prétendaient offrir le statut citoyen à part entière dans la nation aux minorités advenant que leur origine ethnique soit gardée hors de la sphère publique, donc qu’elle soit exprimée individuellement au lieu de collectivement.[3] Le renouveau de la xénophobie en France a sans aucun doute eu un impact sur ses politiques d’immigration, et du fait même sur la vie des immigrants et leurs enfants. Depuis les années 1980, le sujet de l’immigration suscite de vifs débats, en partie grâce aux relents des débats sur l'identité nationale encouragés par un virulent nationalisme. Les expulsions injustifiées, les atteintes au droit d’asile, les lois visant à contrôle les flux migratoires et la réforme de l’accès à la nationalité en sont des signes. Ses réformes visaient-elles explicitement les résidents en fonction de leur origine maghrébine, et surtout algérienne?[5]

Dans Liberté, Halim Mahmoudi, un français d’origine algérienne nous raconte l’histoire d’un jeune homme surnommé l’abricot qui a malencontreusement perdu sa carte d’identité. Cet incident perturbe gravement le personnage principal qui se questionne dès les premières planches sur son identité : est-il Français, Arabe, les deux, maghrébin? Il choisit de répondre méditerranéen. Dans le récit, nous apprenons à connaître les membres de sa famille, ses amis et les autres habitants de la banlieue. Les thèmes principaux sont donc la vie dans les banlieues : fréquents contrôles policiers, la pénurie des emplois et problèmes de criminalité, mais aussi les plaisirs quotidiens passés en famille et avec les amis; tout comme la difficulté à comprendre son identité en tant qu’enfant d’immigrant.

Mahmoudi ajoute à sa bande dessinée dite d’auto-fiction des aspects de sa vie personnelle et des histoires qui lui ont été racontées par des gens qui vivent la même situation afin de démontrer l’impact des discussions sur « l’immigration qui fait peur », « l’échec de l’intégration » et « les sans-papiers ».[6] Il nous raconte le revers de la médaille des discours sur l’immigration : la vie dans les banlieues françaises pauvres et l'impact du discours sur l'identité nationale.

Le volume de Mahmoudi entrecoupe les discours populaires et politique sur l’immigration en y intégrant sa perspective grâce au dessin. La bande dessinée paraît dans une période de discussion sur l’identité nationale, voulue homogène, en France. Malgré le fil narratif parfois très difficile à suivre, il est possible de percevoir plusieurs aspects de la vie dans les cités pour un jeune homme arabe. Comme le dit Mahmoudi : « Arabico est un cri de révolte en ce sens où il est un récit social, sur une réalité qui n’est pas facile à vivre tous les jours ».[7] Il est intéressant que Mahmoudi ait laissé les dialogues comme ils les auraient entendus, en mélange de français et d’arabe (avec des traductions en bas de page).

Malgré le « renversement de l’histoire », depuis les débuts de la colonisation il existe dans la société française une différence entre les notions de « citoyen » et « individu », d’où le clivage entre le « Français de souche » et le Français issu de l’immigration.[8] Le premier tome de la trilogie Arabico (vols. 2, Égalité et 3, Fraternité à paraître) permet dans une certaine mesure de constater le sort des enfants d’immigrants maghrébins en France, illustre les anxiétés qu’ils peuvent ressentir et les injustices auxquelles ils font face. Le récit d’auto-fiction de Mahmoudi incite le lecteur à s’interroger sur les questions d’identité nationale, de l’immigration et donne le goût de se pencher sur la réalité des cités françaises.

Éditions Quadrants - coll., Astrolabe

[2] Marianne Amar et Pierre Milza, L’immigration en France au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1990. p. 36,
[3] David Blatt, « Immigrant Politics in a Republican Nation », dans A. Hargreaves et M. McKinney, éd., op. cit., p. 31.
[4] Charles-Robert Ageron, « L’immigration maghrébine en France : un survol historique ». Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 7 (juillet-septembre 1985), no. spécial : Étrangers, Immigrés, Français, p. 59.
[5] Patrick Weil, Liberté, égalité, discriminations, Éditions Grasset & Fasquelle, Paris, 2008, p. 23.
[8] Dalila Azreki, L’immigration. La France : terre d’asile ou Eldorado?, Biarritz, Séguier, 2008. p. 30-31.

Monday, May 24, 2010

Mourir partir revenir. Le jeu des hirondelles : par Zeina Abirached

Née en 1981 à Beyrouth Est au Liban, Zeina Abirached a vécu sur la ligne de démarcation qui divisait la ville en deux pendant la guerre civile. Son roman graphique Le jeu des hirondelles, publié en 2007 nous relate l’histoire de la vie dans l’immeuble où résidait sa famille et les quelques voisins qui refusaient de partir. L’idée d’écrire ce volume lui est venue en effectuant des recherches dans les archives de l’INA. Elle trouva un reportage de 1984 démontrant un petit groupe de Libanais qui avait choisi de demeurer dans un quartier dangereux malgré les bombardements incessants et le danger des francs-tireurs. Dans la vidéo, la grand-mère de Zeina Abirached dit au journaliste : « Vous savez, je pense qu’on est quand même, peut-être, plus ou moins en sécurité ici ».

Le Liban devint un mandat français après la Première guerre mondiale. Elle reçut son indépendance en 1943 et Beyrouth devint la capitale. La ville devint rapidement un centre intellectuel, économique, culturel et touristique pour le monde arabe. Malheureusement, cette effervescence du Liban ou plus précisément de Beyrouth se ternit à cause d’une guerre civile qui débuta en 1975 pour se terminer en 1990. La guerre a entraîné d’une part la division de la ville et d’une autre part le départ ainsi que la mort de plusieurs de ses habitants. À l’Ouest vivaient majoritairement des musulmans tandis qu’à l’Est la population pratiquait le christianisme. En 1982, l’armée israélienne attaqua la ville et la mis sous siège. La ville subsista une destruction sévère, d’ailleurs sa reconstruction persiste depuis 1990.

Dans Le jeu des hirondelles, l’auteure nous raconte une soirée passée dans l’entrée de l’appartement avec des proches dans l’attente du retour de ses parents. Ces derniers visitaient un membre de la famille qui habitait à quelques rues de leur résidence lorsque des bombardements les empêchèrent de retourner à la maison. Dès le départ, Abirached capte l’attention du lecteur grâce à ses merveilleuses illustrations de Beyrouth Est en 1984. Les illustrations permettent de comprendre et de ressentir le climat qui servira de fil conducteur tout au long de l’oeuvre. Grâce à quatre images, Abirached nous démontre ce qu’il aurait pris des dizaines de pages à écrire.La jeune Abirached et les personnages principaux se retrouvent dans l’entrée « plus ou moins sécuritaire » vue dans la vidéo. En attente du retour des parents d’Abirached, nous rencontrons les habitants résilients de l’immeuble qui se mettent à l'abri des obus dans l’entrée de l’appartement. Ensemble, ils vivent à la fois la détérioration de leurs conditions et le partage d’un espoir. Plusieurs détails de la vie de chacun sont explorés : la vie avant la guerre, les relations familiales et la vie de tous les jours. Les personnages du roman graphique ont tous perdu quelqu’un, soit à cause de l’immigration ou du décès ou quelque chose, à cause des privations occasionnées par la guerre. L’œuvre est ainsi ponctuée d’un sentiment d’angoisse ressentie par rapport à l’attente du retour des parents Abirached, du prochain bombardement ou de la perte de chacun. En contraste à ce sentiment, il est aussi possible d’entrevoir les moments de bonheur partagés par le groupe.

Les illustrations de Zeina Abirached dans Le jeu des hirondelles puisent leur force dans leur simplicité et dans les nombreux détails. La subtilité de l’œuvre laisse aisément transparaître les émotions et les relations humaines. À caractère autobiographique, l’œuvre témoigne d’une réalité complexe : celle de la vie pendant la guerre et de la menace constante. Par contre, les habitudes quotidiennes comme l’esprit d’entreprise de Chucri, le plaisir du bon whiskey apporté par Monsieur Khaled, l’arrosage des plantes chaque mercredi pour Ernest et le sfouf d’Anhala démontrent au lecteur que malgré la tragédie la vie continue.

Le style d’Abirached peut facilement nous faire penser à celui de Marjane Satrapi : deux femmes du Moyen-Orient avec un talent pour le noir sur blanc et qui illustre le thème de la guerre. Par contre, cette comparaison facile ne permet pas de tenir en compte de grandes différences et de la richesse de l’œuvre d’Abirached (ou de Satrapi). Les grandes différences se retrouvent dans le traitement : Satrapi nous offre une analyse très politique tandis que Abirached illustre l’intime et l’espace familial.

Le jeu des hirondelles est une œuvre exceptionnelle parce qu’elle nous raconte la violence d’un événement historique grotesque sans le faire de manière indécente. Somme tout, comme la vidéo de 1984 qui l’a inspiré, le roman graphique de Zeina Abirached expose l’ampleur de la dévastation de la guerre, le courage de l’humain et l’importance pour plusieurs de l’attachement à la patrie. Le jeu des hirondelles démontre l’ensemble de ces aspects, mais les insèrent dans contexte intimiste illustré merveilleusement.

Éditions Cambourakis